Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
blog du sculpteur Stéphane Gantelet

fichier/papier/film

169 - quitter l'atelier ------------------------------------------------

Publié le 28 Mai 2015 par Stéphane Gantelet

Il est bien de partir j'ai découvert. C'est au moins aussi bon qu'écrire. Il est tard, la journée a été compliqué mais je tapote dans le noir sur mon android. C'est bien parce que c'est bon, non ? J'ai quitté l'atelier, j'ai quitté mon ordi, j'ai quitté Sète pour Venise pendant une semaine. J'ai été à la rencontre des pavillons de la biennale. Ce qui est bien avec l'Italie c'est que en s'y rendant on oubli où on à prévu d'aller. Il faut dire que j'y suis déjà. Je suis déjà en état de voyage à l'idée d'aller en Italie. Dans un état qui n'est plus celui de l'atelier, dans cet état que l'on rêve rencontrer avant de partir même s'il n'est pas précisément défini. Un état qui n'a plus rien à voir avec la vie quotidienne et qui laisse entrevoir d'autres possibles : des fantasmes, des chimères, peu importe. Pourtant le quotidien ne m'ennuie pas, tout au contraire, les journées me semblent souvent trop courtes, passer trop rapidement. Mais l'Italie, comme disait une réclame pour une console de jeu vidéo, c'est plus fort que toi. Alors oui j'ai vu les giardini et l'arsenal, je sais me défendre, garder au fin fond d'une mémoire morte archaïque une instruction liée à mon objectif, mais Venise à pris le contrôle avant même que je ne la voie. En montant dans le vaporetto à la sortie de l'aéroport ça à commencé. Le bateau c'est engagé dans un long chenal dessiné dans la lagune par d'énormes troncs de bois plantés à intervalles réguliers. Une pulsation bien vite est montée au rythme des taxis en bois laqué. Les globules d'un organisme ancien. C'est ça, ce chenal c'est l'aorte, et debout sur le pont du vaporetto l'air sillonne dedans, à l'état gazeux. J'assure l'échange je me dit, globule moi aussi. Alors oui j'oublie où je veux aller a Venise car je change d'état. Je pars pas que pour ça, que pour changer d'état, mais ça parce que je pars. C'est bien de partir.

Installation "Révolutions" de Celeste Bousier-Mougenot au pavillon Français dans les giardinis de la biennale d'art contemporain de Venise. Mai 2015.

Installation "Révolutions" de Celeste Bousier-Mougenot au pavillon Français dans les giardinis de la biennale d'art contemporain de Venise. Mai 2015.

Commenter cet article
<