Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
blog du sculpteur Stéphane Gantelet

fichier/papier/film

46------------------------lévitation----------------------------------------------

Publié le 19 Avril 2010 par Stéphane Gantelet

Dans le post précédent, je parlais de réaliser directement des sculptures en papier léger et translucide. J’étais alors sur une piste qui s’est révélée bonne. Pour l’expo [brizlam] je vais donc pouvoir présenter trois pièces réalisées en papier/époxy « cristalle » avec un degré de transparence bien plus élevé que les papiers paraffines et une grande résistance malgré leur extrême légèreté. Il est particulièrement jouissif, après avoir passé des années à manipuler du bronze, de parvenir à réaliser de grandes pièces dont le poids final n’excède pas 200 grammes ! Car, au travers de cette expérience d’allègement, c’est une modification profonde de ma manière de voir le volume qui opère et une opération d’allègement personnelle tout court. Il n’est pas nécessaire que le regard traverse la surface de la peau d’une sculpture pour en éprouver le volume. Mais le fait qu’il puisse le faire donne une présence neuve au vide intérieur de la sculpture. On pourrait presque dire que la nature légère et translucide de sa peau donne de la densité au vide de ses entrailles. La lumière, qui profite de ce nouvel espace pour se rependre, crée des jeux de réflexions, réfractions inédits et habite le vide du cœur du volume au-delà de la membrane de papier. Le quasi rien de matière et de poids de la sculpture est en opposition complète avec l’intérêt de ce qu'elle produit pour mon œil. Et lorsque mon œil vibre je vibre tout court. Reste à créer des supports fins pour les présenter et les mettre en espace. Sur cette image d’Ernest Puerta, la sculpture est posée au sol mais parait flotter. La lumière a traversé la peau pour se poser au sol et illuminer l’ombre. Les rapports de lecture du clair/obscur s’inversent et ce qui est par nature cloué au sol lévite. Ernest a vu cette dimension inédite du jeu de lumière et son sens du cadrage a fait le reste. J’ai une série complète d’images superbes qui insistent sur d’autres aspects des papiers pliés comme cette coloration et translucidité qui rappelle la peau humaine. Mais j’ai choisi de ne mettre que cette image.

 

 

From Stef papiers avril 2010
Commenter cet article
<