Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
blog du sculpteur Stéphane Gantelet

fichier/papier/film

44------------------------A la chapelle avec Mitia-------------------------

Publié le 25 Mars 2010 par Stéphane Gantelet

Hier soir dernière représentation de « sans frontières » le spectacle de Mitia Fedotenko à La chapelle Gély de Montpellier. Et ce fût un sacré moment de tensions croisées puis apaisées. Un dialogue impossible entre Hervé Piekarski, écrivain, qui, sur scène, fait usage de sa présence corporelle et Mitia, danseur, qui, sur scène fait bon usage du verbe en Français, Allemand et Russe. Puis Céline Seignez à la régie son s’en mêle et, tel un agent de bureau de douane, donne des instructions au micro. Dans cette idée de croisement de discipline qui l’anime, Mitia m’a demandé de présenter mes papiers pliés dans les espaces autour des gradins. Sonya Perdigao, l’éclairagiste à alors pris les choses en main et j’ai été sidéré lorsque j’ai vu le résultat le soir de la première. Il faut dire que nous autres, sculpteurs, plasticiens et autres peintres, avons l’habitude de procéder a l’installation de notre travail sur les salons et bien souvent en galerie sans aucune aide, à l’image de notre statut social. Assimilé à une profession libéral on à surtout le droit de payer et de ne rien vouloir en compensation. Alors avoir un pro équipé qui s’occupe de l’éclairage de mes sculptures c’est tout simplement incroyable et formidable. Dans la création de Mitia il ne s’agissait pas à proprement parler de « danser avec les sculptures » mais de créer un environnement où l’accumulation de pli de mes volumes renvoi à cette idée de frontière que l’alternance de la brillance la plus étincelante et du noir le plus éteint d’une face à l’autre vient souligner par contraste. J’ai donc découvert ce soir là une ombre projeté inquiétante de « En marche » côtoyer les réfractions sur le mur de la chapelle de « coquillage ». De l’autre côté des gradins il y avait aussi les deux grands papiers paraffine que je présentais au public pour la première fois perchés à 2 m de haut. La lumière traversait la peau légère et fine du papier translucide pour donner l’impression que la sculpture générait sa propre lumière. Auto illuminé. On aurait dit deux gros blocs de glace dans la pénombre environnante. Ajouté à cela les sons étranges et beaux que Jonathan Fenez tire de ses tournes disques en direct live, perturbant de milles façons ingénieuses et incongrus (je ne suis pas prêt d’oublier le disque diamant pour couper le carrelage à la place du traditionnel 33 tours) le discours des acteurs/danseurs/auteurs, j’ai quitté le plateau de la chapelle pour faire l’expérience de la lévitation que procure le plaisir. Une chapelle débaptisée  c’est bien pour l’extase artistique !



Lire la suite

43--------------------------------Arts-up et Larthauteq---------------------

Publié le 4 Mars 2010 par Stéphane Gantelet

 

Hier rencontre au sommet au BDM: Emanuel Bénard et Jacques Carles représentant respectivement L'Arthauteq et Arts-up ont posé les bases d'un partenariat entre ces deux entités. Larthauteq est une jeune entreprise de location d'œuvres d'art sur le bassin de Thau née du désir profond de ses créateurs ( Emmanuel Bénard et  Laurence Morel) d'aider à la diffusion des travaux qui encombrent les ateliers qu'ils aiment tant visiter des très nombreux artistes Sétois. Arts-up de son côté (Jacques Carles et Fred Servel) fait figure d'initiative arrivée à maturité car ce portail dédié aux artistes depuis presque 4 ans (ce qui, au regard de la jeunesse d'internet, en fait une vénérable institution) revendique plus de 70 000 visiteurs par mois. De nombreux portails on fleurit ces dernières années qui proposent ce genre de prestation et je ne compte pas le nombre de mail que je reçois qui proposent des pseudo-services à l'artiste. Le marché de l’art est un drôle de bazar ! D’un côté de très nombreux artistes professionnels où pas, talentueux ou pas, et de l’autre quelques diffuseurs frileux. Ainsi, au milieu tente de prendre place des propositions d’expositions, de catalogues, d’hébergements destinée aux artistes, en s’appuyant sur le déséquilibre des forces en présence et l’espoir qui anime beaucoup d’entre nous de voir sa production reconnue. Le temps permet un écrémage. La finalitéd’Arts-up n’étant pas le profit, le site reste indépendante de toute pression et de tout pouvoir. Par ailleurs Arts-up à toujours eu des idées originales pour mettre en valeur les artistes qui y sont associés et développe des projets qui vont toujours dans ce sens. Actuellement Jacques réfléchit et mets un place un réseau international pour que la plate forme d'art-up, en se basant sur des partenariats dans un esprit plus proche de la coopérative et du GIE que de celui de la franchise, soit présent dans chaque pays dans sa langue maternelle. Il y à 4 ans j'avais aussi inauguré chez arts-up la première résidence internet. Ce concept, à présent abandonné, m'avait beaucoup stimulé et occupé à l'époque puisqu’avec mon complice Thl nous avions produit une bonne quantité de vidéos sonorisées en images de synthèse. J'avais donc pu faire un certain nombre d'expériences visuelles qui ont indubitablement contribués à développer les outils logiciels que j'utilise dans le sens de la sculpture. Alors, à ma manière, je voulais saluer le rapprochement de deux acteurs de mon microcosme engagés de manière authentique et sympathique dans la promotion de l’art.


logo-top-copie-1.jpg

Lire la suite
<