Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
blog du sculpteur Stéphane Gantelet

fichier/papier/film

Articles avec #jeux video catégorie

168 - regard inquiet --------------------------------------------------

Publié le 26 Avril 2015 par Stéphane Gantelet dans art, 3d, numérique, artiste, jeux vidéo

Le disque grossit. On dirait qu'il est en expansion. De face je dirais que c'est un cube. C'est un cube que je vois. Enfin je dis que c'est un cube car je sais que c'est un volume sinon ce serait plutôt un carré. Mais pas de profil. J'arrive pas à le voir tel quel, à l'embrasser dans son ensemble. Comme c'est, comme cela "est". Pourtant je vois bien, je vois une chose ou l'autre mais pas les deux ensemble. Le disque veut pas se superposer au cube. Je me sent comme un gosse avec des formes simples a faire entrer dans des trous. Dans ma tête le cube avec le disque, il y sont, je les vois. Je peux même vous dire que le rayon du disque est égal à la moitié d'un des côté du cube et qu'en conséquence les angles du cube touchent le cercle du disque en 4 points. Et c'est tout le problème. Car en pensée tout arrive simplifié et rangé : le carré se retrouve forcément au centre du cercle. Et puis, vous avez vu, le disque est devenu un cercle. Un trait. Un simple trait. Mais en vrai j'y arrive pas a le voir tel qu'il est. Je me dit qu'il faut de l'entrainement alors j'entraîne mon regard. Je change de point de vue, je tente le trois quart, l'entre deux, je vais de face a côté. Et puis je reviens au début. Je me dit qu'il faut revenir au début puisque rien ne

marche. Et au début il y avait ça dans mes yeux. C'était bien clair : le disque grossi. Il est en expansion. Il est donc en mouvement. Et alors ce constat : je ne peux pas me représenter une forme en mouvement au delà du regard dans le mouvement. A différent temps du mouvement, différentes vues. L'espace temps est indissociable alors. La physique s'est penchée sur ce problème de longue date. Y aurais donc pas à s'inquiéter. Mais je regarde quand même. Un regard qui ne résoud rien car il est pris par le temps est forcément un regard inquiet. Et il ne peut pas s'y résoudre. Je ne peux pas me résoudre a ne pas voir ce que je vois. En ce sens mon regard n'est pas moderne. Mais c'est cette inquiétude que j'aime au fond dans le travail de création. Et en ce sens mon point de vue est déjà plus contemporain. Les lignes de fuites offrent un point de vue pensé du regard. Mais J'arrive plus à les voir telles qu'elles sont. Les lignes de fuite m'apparaissent courbes lorsque je les parcours à présent. Mon cerveau semble enfin s'adapter et pour un peu je serais enfin détendu.

SnapShot de l'espace de travail du jeu vidéo "le Journal du Brise-lames" de Juliette Mézenc et Stéphane Gantelet

SnapShot de l'espace de travail du jeu vidéo "le Journal du Brise-lames" de Juliette Mézenc et Stéphane Gantelet

Lire la suite
<